7 choses à savoir sur la hernie discale

25 Nov 2019

Parfois à l’origine de douleurs lombaires, accompagnées ou non de sciatique, la hernie discale serait responsable de certains maux de dos. Le coupable : un disque intervertébral fissuré.

Qu'est-ce qu'une hernie discale ?

La colonne vertébrale est constituée de 24 vertèbres dont 7 cervicales, 12 dorsales et 5 lombaires.
Entre chacune d’entre elles est placé un disque intervertébral, sorte de coussin amortisseur. Ce disque est composé de deux éléments : un noyau central (nucleus) entouré d’un anneau fibreux (annulus) qui attache les deux vertèbres l’une à l’autre.
Si l’anneau se fissure, la substance du noyau fait saillie à l’extérieur de la colonne vertébrale. C’est ce qu’on appelle une hernie discale.

Hernie discale : qui est touché ?

La hernie discale concerne plus fréquemment les hommes que les femmes. Elle survient généralement entre 35 et 55 ans suite au surmenage, au soulèvement d’une charge lourde ou encore après une torsion brusque du tronc. La grossesse et le surpoids sont aussi des facteurs de risque. Des prédispositions génétiques sont souvent à l’origine des cas précoces.

Les symptômes de la hernie discale

Les manifestations de la hernie discale sont très variables d’un patient à l’autre.
Plus de 50% des hernies discales sont asymptomatiques. Certaines peuvent créer des douleurs aigues le plus souvent dans le bas du dos. Les symptômes classiques sont donc un mal de dos ou lombalgie.

Les cas sévères de hernie discale

Si le disque comprime la racine nerveuse, on parle de névralgie sciatique. Notons que 85 % des sciatiques résultent d’une hernie discale. Les douleurs s’étendent alors à la fesse, la cuisse et la jambe, avec une sensation de fourmillement et parfois une paralysie. Dans les cas plus sévères, c’est la moelle épinière qui est touchée, provoquant ainsi une paralysie des membres ou des sphincters anal et urinaire. Il faut dans ce cas consulter un médecin de toute urgence.

Le diagnostic de la hernie discale

Le diagnostic est clinique, la visualisation de la hernie discale se fait par des examens complémentaires sous prescription médicale (radio, scanner et IRM).

Traitement

  • Médicale : Anti inflammatoire, antalgiques et myorelaxant.
  • La nucléolyse ou chimionucléolyse : consiste à détruire le noyau du disque intervertébral par injection d’une enzyme extraite du fruit de la papaye (chymopapaïne ou chymodiactine).
  • L’opération chirurgicale est pratiquée en urgence suite à une paralysie des membres ou des sphincters anal et urinaire, et lorsque aucun des traitements précédents ne répond. Seules 5 à 10 % des hernies nécessitent ce type d’intervention.
  • Moyens physiques : ostéopathie, kinésithérapie, activité physique.

Ostéopathie et hernie discale

  • Diminution de la douleur.
  • Amélioration de la fonction (capacité à se redresser et à marcher normalement).
  • Favorise la régression spontanée de la hernie discale.
  • Le traitement ostéopathique est le traitement avec le moins d’effets secondaire et est plus efficace que la chimionucléolyse.
Références scientifiques

Burton AK, Tillotson KM, Cleary J. Single-blind randomised controlled trial of chemonucleolysis and manipulation in the treatment of symptomatic lumbar disc herniation. Eur Spine J. 2000 Jun;9(3):202-7.

Tin KOJIC Ostéopathe D.O.

Inscrivez-vous à ma newsletter